Chestita Baba Marta !

Aujourd’hui le 1 mars, les étudiantes et les étudiants de l’ESFAM se sont retrouvé(e)s avec des petites décorations sous forme de bracelets en rouge et blanc, sur leurs vestes ou leurs mains. Ce sont les « martenitzas » – un signe de l’arrivée du prientemps, margé la neige en Bulgarie en ce moment…

Quelle est l’histoire ? 

Dans la culture de chaque peuple existent des rites dont les origines remontent aux temps anciens. Un de ces rites en Bulgarie, avec les danses sur la braises et les carnavals des koukeris sont les martenizas. D’après les spécialistes les martenitza proviennent du temps païen des  Thraces (une ancienne civilisation de l’actuel territoire bulgare), d’autres les lient à des légendes sur l’arrivée des protobulgares (au 7ème siècle). Le 1 mars tous les bulgares s’offrent des martenitzas et les portent sur leurs vestes ou comme bracelets et colliers. Ils se saluent avec « Chestita Baba Marta » en s’adressant des souhaits de santé, bonheur et prospérité. Dans la tradition populaire, Baba Marta (la grande-mère Marta) est une personnification du mois de mars. Elle amène avec elle deux personnages – Pijo et Penda, un garçon et une fille, représentés sur les martenitzas. En arrivant, ces personnages stylisés chassent la neige et les mauvaises esprits. Ils font revivre la nature et font arriver les cigognes et les hirondelles. D’après la tradition, il faudrait porter les martenitzas jusqu’à ce qu’on voit la première cigogne ou hirondelle arrivée.  Alors, on les enlève et on les noue sur les branches d’un arbre fruitier. Voici l’explication des arbres joliment décorés avec ces martenitzas, en coton rouge et blanc partout en Bulgarie.

C’est aussi une tradition que l’on retrouve sous des formes légèrement différentes en Roumanie et en Moldavie. 

Chestita Baba Marta !

Santé et bonheur à toutes et à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *